TheCricLinks

Je me pose plein de questions, Internet est un moyen d'y répondre

Nom :

La devise de la France est Liberté - Égalité - Fraternité. Cette devise peut et doit nous aider à trouver le bon chemin.

mercredi 13 mai 2009

L’Hadopi adoptée: une loi pour rien? | Hi-tech | Actu | Tribune de Genève

Hadopi adoptée. Voila ce qu'en disent nos amis suisses :

"...L’Hadopi, c’est quoi? L’acronyme signifie Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet. Il s’agit d’un dispositif administratif antipiratage particulièrement retors, appelé aussi «riposte graduée».

Qu’on en juge: ce sont les ayants droit eux-mêmes qui feront la police. La loi prévoit en effet que la traque des téléchargements illicites revient aux représentants des industries (musique, cinéma, jeux vidéo…) qui s’estiment lésées. Ceux-ci scruteront le trafic Internet pour récolter les adresses IP (soit le code identifiant chaque ordinateur connecté à la Toile) des contrevenants. L’internaute attrapé recevra un avertissement. On le forcera à installer un logiciel espion sur sa machine – logiciel qui, dans sa version actuelle, ne fonctionnerait que sous Windows, laissant les utilisateurs de Mac et Linux (10% des internautes français) à l’abri des poursuites!

Triple peine! Il y a pire. S’il est cueilli une seconde fois, le cybercitoyen verra sa connexion Internet coupée et devra s’acquitter d’une lourde amende… tout en continuant à payer son abonnement!

L’accusé n’ayant pratiquement aucun moyen de recourir contre la décision de la nouvelle autorité administrative, une simple dénonciation suffira à le condamner. Or, les adresses IP sont tout sauf fiables, notamment avec les connexions sans fil, relativement faciles à pirater. Autant pour la présomption d’innocence! Les députés socialistes ont d’ailleurs annoncé qu’ils allaient saisir le Conseil constitutionnel, lequel ne manquera pas d’annuler tout ou partie de la loi…

Si cela ne suffisait pas, le Parlement européen a, lui, déjà pratiquement mis l’Hadopi hors la loi! Comment? En approuvant – à quatre reprises et avec une écrasante majorité à chaque fois – un amendement qui fait de l’accès à Internet un droit fondamental des citoyens…

TF1, une chaîne sous influence. Comme si cela ne suffisait pas, la loi a coûté son job au responsable du pôle innovation Web de TF1, Jérôme Bourreau-Guggenheim (31 ans). Opposé à l’Hadopi, celui-ci avait envoyé, à titre privé, un courriel à sa députée, Françoise de Panafieu (UMP), lui demandant de ne pas voter la loi. Le message a fini dans les mains de la ministre de la Culture, Christine Albanel, qui l’a fait suivre à la direction de TF1, favorable, elle, à l’Hadopi… Quelques jours plus tard, Jérôme Bourreau-Guggenheim était limogé. Vous avez dit «Hadopigate»?

Cryptage et terroristes. Les internautes qui voudront continuer à télécharger illégalement ont une solution toute prête: les services de cryptage. Le site suédois The Pirate Bay prépare le sien, appelé iPredator. En France, des petits plaisantins s’apprêtent à lancer très sérieusement Ipodah (lire à l’envers…), un logiciel qui rend le trafic Internet anonyme. Et hop, contournée, la loi Hadopi! Conséquence inattendue et inquiétante: la tâche des cyberlimiers de la police française, la vraie, risque d’être sérieusement compliquée par l’explosion annoncée du cryptage, arme favorite des terroristes et des pédophiles…"

La suite sur : L’Hadopi adoptée: une loi pour rien? |Tribune de Genève

Libellés : , ,

1 Comments:

Blogger sebsauvage said...

Ça résume bien cette situation ubuesque.

10:24 AM, mai 13, 2009  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home